Je voudrais que quelqu’un m’attende quelque part

 

En premier, c’est le titre que j’ai aimé. Joli, ma pensée avait-elle dit tandis que cette sensation, un rien languissante, logée dans les cœurs de toutes confessions, celle surgissant à la descente du train, à l’entrée du Métro, quand c’est le taxi qui vous ramène à la maison, me saisissait la mélancolie et la serrait fort.

J’achète le livre et, petit miracle, en commence « drette-là » la lecture.

Joie, joie, joie ! La douceur, l’intransigeance, la fascination pour la vie et ses grandes petitesses de l’auteure d’Anna Gavalda, merveilleux, juste merveilleux!

12 nouvelles tantôt charmantes, tantôt amusantes, une nouvelle émouvante à pleurer, une si douce qu’on a envie d’embrasser le monde entier. Des humains, des moments, du grand talent d’écrivain. Voilà!

2 réflexions sur “Je voudrais que quelqu’un m’attende quelque part

  1. Je l’ai lu également, dévoré plutôt ! Préférence pour la nouvelle « Permission » que j’ai lue, lue, et relue, bien trop courte soit-elle ! 🙂

    J'aime

    • Ma préférée est celle qui donne son titre au recueil. Même après des années, toutes les scènes de cette courte nouvelle restent fraîches à ma mémoire!

      J'aime

Les commentaires sont fermés.