Pour les filles, et les garçons qui aiment les fleurs

Une chose en entraîne une autre.

En finissant de lire les 28 tomes de Tsubasa Reservoir Chronicle, tel que recommandé sur ce blogue pas plus tard que la semaine dernière, vous vous êtes retrouvé devant une nécessité: lire toutes les aventures des personnages que CLAMP a (re)mis en vedette dans ce manga!

L’amoureux, s’il lisait ce que je m’apprête à vous recommander, aurait un sourire en coin. C’est qu’entre son AKIRA et ma Card Captor Sakura, il y a tout un monde, non, tout un univers de différence!

AKIRA, c’est pour les amateurs d’action sanglantes et de dessins précis jusque dans les moindres détails scabreux.

Card Captor Sakura, c’est pour les filles et les garçons qui aiment les fleurs, les histoires d’amour et de magie, la douceur et le rire. Ce manga qui date de 1996 est magnifique pour bien des raisons… est-ce que je choisis le mot subtiles, ou inexplicables? Franchement, de prime abord, surtout en lisant le premier tome, le lecteur pourrait rester sur sa faim parce que c’est brin longuounet, parce que le dessin semble encore en rodage, parce que on ne sait pas trop où va cette histoire définitivement centrée sur une écolière de 10 ans qui passe plus de temps à se soucier d’un garçon, à cuisiner et à être en retard qu’à utiliser ses pouvoirs magiques. Pire, il pourrait abandonner la lecture. Surtout s’il lit la terrible, terrible traduction française (à cette époque, on s’entêtait à traduire les sâma, san, kun et chan, ces marques de respect ou d’affection qui donnent un caractère unique aux liens entre les personnages de la littérature japonaise, et à convertir l’accent du Sud du Japon en accent marseillais… ouf!).

Pire de Pire: la critique précédente pourrait vous décourager, lecteurs, et vous ne pourriez jamais découvrir cette adorable Sakura !

Mais vous devez tenir bon, car cette brève série de 12 tomes en vaut le coup. Ça fait sourire, ça rend de bonne humeur et ça donne envie de pique-niquer sous d’immenses cerisiers en fleurs.

Un petit trésor que vous trouverez à la bibliothèque en 2 versions: la version originale et la version tirée de la série télévisée. Les deux séries sont excellentes. J’irais même jusqu’à oser affirmer que la version tirée de la série a des avantages sur l’original, entre autre parce qu’on approfondit les personnages.

À commander chez votre libraire indépendant préféré ou à dénicher à la bibliothèque!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s