L’amulette de Samarcande

Le prolifique auteur Jonathan Stroud a connu le succès international avec sa merveilleuse Trilogie de Bartiméus. L’Amulette de Samarcande est le premier tome.

Tout à fait mon genre de série : trois tomes, des personnages captivants, une fin qui finit là. Yé!

J’ai un quelque chose de particulier avec la littérature anglaise. Un quelque chose qui se traduit par une certaine propension à tomber d’emblée sous son charme. Surtout la littérature jeunesse anglaise, je l’avoue sans surprendre les lecteurs de ce blogue!

Et parce que j’ai hâte de vous jaser de L’Amulette de Samarcande, je vais vous épargner ma pourtant très jolie liste d’auteurs anglais incontournables.

Mais j’y reviendrai certainement un de ces quatre jeudis, aussi moche que celui-ci, où il verglace à geler debout, quand cela ne tourne pas aux flocons gros comme des balles de neige mouillée.

La journée pyjama lecture thé rêvée, en somme!

Bartiméus et Nathaniel

Dans le Londres du XIXe siècle imaginé par Stroud, les magiciens pullulent. Ils invoquent des génies à qui mieux mieux afin d’exaucer tous leurs voeux.

C’est ce que fait le tout jeune Nathaniel,  »12 ans à tout casser », comme le dit le puissant djinn Bartiméus, lorsqu’il rencontre le gamin pour la première fois, dans une pièce sombre et glacée (par ses bons offices!).

Si je devais faire un palmarès des meilleurs  »Chapitre 1 » de romans jeunesse, celui de L’Amulette se classerait certainement dans le Top 5. Le récit est raconté du point de vue de Bartiméus, un djinn plutôt vexé d’avoir été sommé par un gamin qui, en plus, lui demande d’aller voler un objet magique chez un puissant magicien. Obligé d’obéir, le djinn se lance à contre-coeur dans cette aventure dangereuse à souhait en compagnie de Nathaniel.

S’en suit un roman qui fait sourire à chaque page, qui provoque quelques chamades au coeur, qui, surtout, se laisse lire d’un trait. D’autant que le narrateur n’a pas la langue dans sa poche! L’humour et l’action se chevauchent et se poursuivent dans ce roman d’aventures bien écrit, bien traduit.

J’espère que vous vous laisserez aussi charmé par ce premier succès de Jonathan Stroud. Chaque page en vaut le coup!

Et, cerise sur le gâteau, la trilogie est aussi disponible à la bibliothèque, dans les librairies indépendantes et dans les librairies de livres usagés.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s