Défi 1 roman en 30 jours en prolongation – La révision

Aie aie aie…

Révision avisée

Les lectrices ont remis leur révision.

Un de ces révisions est très positive, l’autre très critique (très critique constructif; mon amie est une excellente éditrice jeunesse à qui on devrait un boulot). Bien que très éloignées l’une de l’autre, les révisions partagent deux points communs:

  • Rythme à réviser
  • Secrets à dévoiler

Entre la réception des révisions et l’application des révisions, j’ai pris le temps de reprendre mon souffle. J’avais beaucoup plus de boulot devant moi que ce à quoi je m’attendais.

La révision a beaucoup de bons côtés, dont vous ramener l’humilité sur le plancher des vaches.

À trop vouloir ménager l’effet…

Trop de secrets, des descriptions trop brèves, dirent les premières lectrices. Tout est là, mais plutôt que de voir le monde, on est obligé de regarder par le trou de la serrure, à défaut de pouvoir ouvrir tout grand la porte.

Ergo, beaucoup de réécriture, de restructuration de phrases et même (même), l’ajout de chapitres complets.

Ce qui n’était pas pour me déplaire. D’autant que creuser les personnages tertiaires, devenus secondaires, a ouvert la voie à un super spin-off, pardonnez l’anglicisme.

Le rythme, ou le problème de l’antagoniste

C’est qui, le méchant?

J’ai tant insisté sur le mystère entourant le mystérieux vilain de cette histoire que le rythme en a souffert. Les chapitres se suivaient mais semblaient, pour les lectrices, n’aller nulle part. Un peu comme si on allait voir un concert, et que les musiciens jouaient sur un rythme identique toutes leurs chansons.

Maintenant, le méchant est bien présent. Mais je vous déconseille de trop souhaiter vouloir vous en approcher…

En fin de prolongation

La période de prolongation s’achève bientôt.

Si tout se passe bien, si rien ne bloque, si je continue d’éteindre ma sonnerie de téléphone, le manuscrit devrait être prêt pour un seconde révision, doublée de la correction finale (j’ai un sérieux problème avec les participes passés, allez savoir pourquoi…).

Pour la seconde révision, ce sont les garçons qui s’y collent! Un anglophone de souche québécoise et un professeur de français implacable, qui a prit un malin plaisir à me promettre une révision sans pitié.

À suivre !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s