Défi 1 roman en 30 en prolongation – Trouver le BON éditeur

On a une maison d’éditions préférée. On se dit :  » Je les aime, ils vont aimer mon manuscrit aussi ».

La tête dans les nuages, en compagnie du cœur encore tout éblouit par le travail achevé, on envoie le manuscrit.

Des mois plus tard, le verdict vous écrase le coeur: refusé.

Pourquoiiiii?

Le BON éditeur

Une fois que le manuscrit est fini, il faut mettre cartes sur table avec soi-même: à qui s’adresse mon histoire?

Si la réponse est : l’histoire s’adresse au monde entier et changera le cours de l’histoire, la partie n’est pas gagnée…

Un roman, en plus de se réclamer d’un sacro-saint-genre (à prendre avec des pincettes,  »le genre »), selon sa thématique et son propos, s’adressera à un lectorat plus ou moins large.

Si vous avez écrit un roman fantasy, un roman policier ou une biographie, concentrez-vous sur les maisons d’éditions qui se spécialisent dans le genre.

Ordre et méthode pour l’envoi à un éditeur

Assurez-vous de bien lire les directives des maisons d’éditions concernant les manuscrits.

Par exemple, certains éditeurs refusent purement et simplement un chef-d’œuvre (!) qui leur sera transmis par courriel, alors que d’autres jetteront dès réception le manuscrit papier dont ils ne veulent pas.

De même, il faut s’assurer que la maison d’édition établie à Paris, exemple, accepte les manuscrits provenant de l’étranger, c’est-à-dire du Canada, du Sénégal ou de la Côte d’Ivoire.

Le site Web de l’éditeur ne précise pas ou laisse la question dans le néant? On té-lé-phone ! Le coût d’un interurbain n’est rien à côté de la déception de ne jamais voir revenir un manuscrit qu’on aura envoyé outre-mer à grands frais, et avec de grandes espérances qui plus est.

Le Refus

Un éditeur reçoit beaucoup, beaucoup, beaucoup de manuscrits.

On pense qu’il y a beaucoup de livres dans une librairie? Ce n’est rien à côté de tous ces manuscrits refusés qui ne subiront jamais le crayon rouge de l’éditeur ni le regard de la critique.

Un manuscrit refusé, c’est l’occasion de revoir le manuscrit, de l’améliorer, de le faire corriger et de le réviser. Et c’est aussi l’occasion d’essayer une cinquante-et-unième fois!

À tous, autant à moi qu’à vous, bonne chance dans votre quête du BON éditeur !

Enregistrer

Enregistrer

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s