117 Nord

Une fois n’est pas coutume, je parle d’une nouveauté tout ce qu’il a de plus neuf.

Pourquoi fermer les yeux, soudain, sur l’objectif de ce blogue. Parce que… je n’ai jamais lu un roman comme celui-là, 117 Nord.

En se laissant porter par les mots de l’auteure Virginie Blanchette-Doucet, on se retrouve en apesanteur, ni là ni ici. Entre les vibrations de la mine, les volontés de la compagnie et les racines anciennes sous la forêt urbaine, il y a des êtres vivants au cœur battant on ne sait quelle chanson, ou chimère.

Les phrases sont courtes et percutantes, la douceur des images coupe le souffle aussi rudement qu’une bourrasque et laisse ébahi, ébouriffé.

Je le répète, je n’ai jamais lu un roman comme celui-là. C’est une découverte sublime qu’il vaut la peine de lire et de relire.

Cette critique pourrait encore s’étirer en éloges dithyrambiques, mais ça vous boufferait du temps; temps que vous pourriez autrement occuper à vous procurer 117 Nord.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s